À La UneActualitésChronique du jour - AnalysesSportTout ce qui fait l'actu

Ce qu’il faut retenir : Sénégal-Algérie 0-1

Si les Lions de la Téranga sénégalais ont globalement dominé les débats ce vendredi soir, au Caire, en finale de la Coupe d’Afrique des nations 2019, ce sont les Fennecs algériens qui ont eu le dernier mot et l’ont emporté par la plus petite des marges (1-0).

A Lire aussi :C’est terminé, l’Algérie est championne d’Afrique !

Le caractère offensif des Fennecs (12 buts en 6 matches avant ce soir) ne s’est pas vu durant 90 minutes. Et pourtant, comme depuis le début de la CAN, c’est l’Algérie qui a ouvert le score. Le tir de Baghdad Bounedjah aux 18 mètres, dévié par le tacle de Salif Sané, a pétrifié Alfred Gomis. Le ballon est monté haut dans le ciel avant de retomber derrière la ligne de but, près du poteau droit. Le gardien sénégalais s’est révélé impuissant, comme ses coéquipiers le reste du match. Tour à tour, Sadio Mané et Ismaïla Sarr ont perforé les lignes algériennes, mais lorsque ce n’était pas une faute qui les arrêtait, la justesse technique leur faisait défaut. L’attaquant rennais, Mbaye Niang, est passé proche de marquer le plus beau but de la CAN d’une demi-volée du gauche hors de la surface avant la pause.

Le visage ensanglanté, Benlamri va jusqu’au bout

A Lire aussi :Sénégal-Algérie :Minimalistes, les Lions….Les Fennecs font feu de tout bois

Aliou Cissé n’a pas su transmettre les clés de l’égalisation à ses joueurs, tant le Sénégal continuait de ronronner avec le ballon en seconde période. Les Lions ont cru bénéficier d’un penalty à l’heure de jeu, mais la VAR en a décidé autrement (62e). Puis Youssouf Sabaly, d’une lourde frappe à l’entrée de la surface, a offert ce qui serait l’ultime frisson du match (69e). Derrière, l’Algérie n’a plus jamais tremblé. Elle a résisté, à l’image de Djamel Benlamri, dont la pommette s’est ouverte sur un duel aérien avec Sadio Mané. Le sang versé fut tel que le défenseur a dû changer de maillot… et de short. Les Fennecs ont ainsi joué de longues minutes à 10, mais rien, pas même un souci d’équipement, ne pouvait mettre leur équilibre en péril. L’Algérie remporte une deuxième CAN après 1990. Quant au Sénégal, pour un premier sacre, il faudra patienter.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Fermer
%d blogueurs aiment cette page :