" >
Le chanteur Bass hindou, Oumou Sow et les 3,6 millions – Snap221.com
Connect with us

Actualités

Le chanteur Bass hindou, Oumou Sow et les 3,6 millions

Published

on

L’artiste-chanteur Bassirou Dieng alias «Bass Hindou» a comparu pour abus de confiance, devant la barre des flagrants délits de Dakar, suite à la procédure judiciaire enclenchée contre lui par son ami, le commerçant Khadim Diaw. Accusé d’avoir détourné les 3,6 millions de son ami, Bass Hindou, face au juge, a nié les faits, en soutenant avoir perdu l’argent le jour de la Tamkharit, lorsqu’il revenait de chez l’artiste-chanteuse Oumou Sow où il était allé manger du couscous. Des arguments qui n’ont pas empêché les juges de le condamner à 6 mois de prison assortis du sursis et à rembourser la somme de 2,1 millions F Cfa à Khadim Diaw.

De son vrai nom Bassirou Dieng, l’artiste-chanteur «Bass Hindou» a été mêlé à une affaire d’abus de confiance portant sur la somme de 3.600.000 F Cfa, au préjudice de son ami, le commerçant Khadim Diaw. Pour cette affaire qui s’est ébruitée après la fête de la Tamkharit, certains fans de l’artiste avaient fait des posts sur Facebook pour demander de l’aide sous forme de dons aux bonnes volontés du pays au profit de «Bass Hindou» détenu en prison. Hélas, cela n’a pas prospéré.

Bass Hindou récupère les millions de Khadim DIaw et attend le lendemain pour dire qu’il les a perdus

Sur les faits, le plaignant Khadim Diaw devait recevoir le montant de 3,6 millions francs de la part d’un de ses amis à Ouest Foire. C’est ainsi qu’il a appelé au téléphone son petit-frère pour qu’il aille récupérer ladite somme à sa place. Sans succès. Il a alors appelé son ami «Bass Hindou» pour qu’il le prévienne au cas où il verrait son frère. C’est là que le prévenu s’est proposé de lui ramener les sous, ce que Khadim accepte sans arrière-pensée. Bass est donc allé récupérer l’argent et a confié au téléphone à Khadim avoir bien reçu ladite somme et qu’il était même en route pour la lui ramener. Curieusement, plus tard, Khadim Diaw n’arrivait plus à le joindre au téléphone. Et ce n’est que le lendemain, vers les coups de 18 heures, qu’il s’est présenté devant Khadim, en déclarant avoir perdu les millions qu’il devait lui remettre.

Les explications tirées par les cheveux de Bass Hindou

Pas du tout convaincu par les arguments qui lui ont été servis, Khadim a porté plainte contre lui. Déféré au parquet pour abus de confiance, «Bass Hindou», en liberté provisoire, après avoir passé quelques jours en détention préventive, a comparu hier devant le juge. Khadim Diaw est revenu sur les faits dans un bref récit face à «Bass Hindou», qui les a réfutés. Selon le mis en cause, il n’aurait jamais essayé d’abuser de la confiance de son meilleur ami, qu’il considère comme un frère.  Il dit avoir perdu l’argent le jour de la Tamkharit. Très bavard devant le prétoire, il n’a pas réussi à convaincre la représentante du ministère public, qui n’a pas cessé de lui poser des questions. « Ce jour-là, il m’a presque supplié d’aller lui récupérer son argent. »

Sursis pour Bass Hindou

L’avocat de la partie civile, Me Diouf, a notifié au juge avoir reçu un acompte de 1,5 million F à la barre. Sur ce, la robe noire, qui n’a pas demandé des dommages et intérêts, a souhaité le remboursement du montant restant de 2,1 millions F. Selon le procureur, Bass Hindou est de mauvaise foi. Il a ainsi requis qu’il soit condamné à 6 mois de prison ferme. Après les réquisitoires du parquet, Me Aboubacry Barro de la défense a demandé au tribunal de faire preuve de clémence et de compréhension à l’endroit de son client, en raison de la surexcitation en ce jour de Tamkharit. Pour sa part, Me Baba Diop a révélé à la barre que son client va restituer le reste de l’argent à son ami. Et dans son délibéré, le tribunal a déclaré «Bass Hindou» coupable des faits qui lui sont reprochés, le condamnant à 6 mois de prison assortis du sursis et à rembourser le montant de 2,1 millions F Cfa à Khadim Diaw.

Bass Hindou Khadim

Continue Reading
Advertisement
Click to comment

Laisser un commentaire

À La Une

VIDEO GRANDE MOSQUÉE DE TOUBA : TEMPS FORT ET IMAGES SPECTACULAIRES DU MAGAL 2019…

Published

on

da7019c3-29b8-4024-bfa1-3a24ab156b82 (1)

 

7aca80d1-45fb-46c6-8384-830ca1e6c5df37ca5e35-a2b9-4764-9346-8bd0d33bc1e6

 

d1fcd5eb-d89a-4f17-8c0b-2d73eb4ef5a5cbb8eca8-9bf8-4b69-9cf9-0418fb875a6e

Continue Reading

À La Une

Qui est Serigne Fallou Mbacké…«Borom na am mou ame»?

Published

on

Cheikh Mouhamadou Fadl Mbacké est sans doute le plus célèbre des héritiers de Cheikh Ahmadou Bamba, fondateur du mouridisme. Communément appelé Serigne Fallou Mbacké, ce deuxième khalif de Serigne Touba était crédité du don de voir se réaliser toutes les prières qu’il formulait.

De son vivant à nos jours, nombreuses sont les personnes qui demeurent avec la conviction qu’il suffit de faire appel sept fois à Serigne Fallou pour obtenir la réalisation de ses désirs. Snap 221 .com revient sur l’itinéraire de cet érudit de l’Islam.

A Touba pour les besoins du Grand Magal, la grande attraction est toujours le mausolée de Serigne Fallou Mbacké, le deuxième Khalife général des mourides. Cet endroit ne désemplit jamais de monde. Que cela soit en période de Magal ou non. Dans le mausolée de cet érudit et partout ailleurs, nombreuses sont les personnes qui viennent avec la conviction qu’il suffit de faire appel à Serigne Fallou sept fois pour obtenir la réalisation de ses désirs.

Né le 27 juin 1888 à Darou Salam soit au 27éme jour du mois de Rajab, Cheikh Mouhamadou Fadl Mbacké était crédité du don de voir se réaliser toutes les prières qu’il formulait. D’où l’appellation de «Borom na ame mou ame», par son père, Cheikh Ahmadou Bamba Mbacké, fondateur du mouridisme.

A l’image de son frère Serigne Mouhamadou Moustapha Mbacké, Sokhna Awa Bousso, la mère de Serigne Fallou est issue d’une famille maraboutique, qui a donné plusieurs imams à Touba. L’anniversaire de la naissance de Serigne Fallou, le «Kazu Rajab», est un événement bien connu de la confrérie, car assisté par des centaines de milliers de disciples.

Serigne Fallou entama ses études coraniques chez Serigne Ndame Abdou Rahmane Lo à Darou Halimoul Kabîr. Ses oncles Mame Mor Diarra et Mame Thierno Birahim ont également beaucoup contribué à ses études. Sous le Ndigueul de son père et guide, Serigne Fallou a fondé plusieurs villages dont : celui de Ndindy (1913), Bogorel (1914), Mbepp (1930), Merina bobo (1932), Khayane (1938), Touba Merina (1948), Nayroul Marame (1952), Aliyeu (1950), Touba Sourang (1961) et Touba Bogo (1962). Le développement de la ville sainte de Touba s’est aussi effectué sous son magistère, notamment par la création de forages et du célèbre marché «Occasse» de Touba.

En 1945, Serigne Fallou, devenu second khalife, se plongea corps et âme dans la poursuite des travaux de la Grande Mosquée. Il eut l’honneur,  de procéder à son inauguration, le 7 Juin 1963 et d’y diriger la première prière. Son khalifat est encore évoqué de nos jours comme une période particulièrement faste pour notre pays. Les Sénégalais, toutes confréries confondues, le considèrent comme un vrai ascète, un homme qui a reçu du créateur le pouvoir de faire des miracles.

L’on rapporte aussi que Serigne Fallou Mbacké, tel un vrai talibé, était dévoué à son père.  Pour preuve en 1927, date de la disparition  de Serigne Touba, il fit 28 copies reliées du Saint Coran dont il fit don à Cheikh Ahmadou Bamba. Il lui offrit également sa maison, sise alors à l’avenue de la gare à Diourbel. Une belle maison qui était couverte de tuiles rouges avec, à chaque angle, le signe de l’étoile et du croissant lunaire. C’est après la disparition de son père que Serigne Fallou Mbacké a également effectué son premier pèlerinage à la Mecque.

C’est dans la nuit du 06 août 1968 que El Hadj Mouhamadou Fallou Mbacké s’éteignit à Touba plongeant le monde mouride dans une tristesse jamais égalée. De cette date à nos jours, sa notoriété reste intacte aux yeux des talibés mourides et des disciples des autres confréries.

 

Continue Reading

Actualités

Wally Seck Chez Sokhna Bally: « Billahi Wallahi Meussouma Am Magal Bou Néxer Nii »

Published

on

Continue Reading
Advertisement
%d blogueurs aiment cette page :