" >
Les Deux K Pour Un Autre Combat.... – Snap221.com
Connect with us

À La Une

Les Deux K Pour Un Autre Combat….

Published

on

Khalifa Sall est sorti libre de prison. L’ancien maire de Dakar bénéficie de la grâce présidentielle. D’ores et déjà, ses avocats manifestent leurs désirs de poursuivre le combat, jusqu’à ce qu’il recouvre tous ses droits civiques. C’est-à-dire qu’il soit électeur et éligible d’ici 2024, et surtout qu’il soit épargné de sa peine de verser des dommages et intérêts à l’Etat du Sénégal. Faute de versement de ces dommages et intérêts, Khalifa Sall ne pourra de toutes les façons, recouvrer tous ses droits civiques.

Ses avocats le savent si bien. Quoi qu’ils sachent que la liberté de Khalifa Sall n’a été obtenu que grâce à des médiations de personnes de bonnes volontés qui s’y sont impliquées plutôt qu’à leurs propres implications judiciaires, ils continueront toujours à s’impliquer dans ce dossier, ne serait que parce qu’il est juteux pour eux. Plus le dossier, l’affaire Khalifa Sall se mènera au plan judiciaire, plus, ils obtiendront de ce dernier des honoraires. C’est dire que leur ultime combat est beaucoup plus de gagner de l’argent dans cette affaire qu’autre chose.

De la même manière que l’affaire Karim Wade Wade, celle de Khalifa Sall ne pourra se régler que sur le plan politique. Ces affaires ne relèvent plus seulement du domine judiciaire. L’on peut comprendre aisément l’ultime sursaut des avocats de Khalifa Sall qui ne veulent se faire ôter dans cette affaire, un fromage qui s’avère juteux. Mais, où se trouve l’intérêt de Khalifa Sall dans un combat où il ne pourra qu’être perdant.

Ce n’est un secret de polichinelle, si Khalifa Sall bénéficie aujourd’hui d’une grâce présidentielle pour humer l’air de la liberté, c’est grâce à l’œuvre de bonnes volontés, notamment du khalife général des mourides, d’autres familles religieuses, mais également de personnalités politiques dont Me Abdoulaye Wade. Le secrétaire général national du Parti démocratique sénégalais (PDS) a compris que le combat pour l’amnistie des peines de son fils Karim Wade ne pouvait être lié qu’à celui de la libération de Khalifa Sall. Le dégel de ses relations avec le Président Macky Sall a beaucoup contribué, malgré les oiseaux de mauvais augure, à la libération de Khalifa Sall. C’est dire que l’avenir politique de Khalifa Sall comme celui de Karim Wade relève beaucoup plus d’un autre domaine que celui judiciaire.

La rédaction de Xibaaru

Continue Reading
Advertisement
Click to comment

Laisser un commentaire

À La Une

VIDEO GRANDE MOSQUÉE DE TOUBA : TEMPS FORT ET IMAGES SPECTACULAIRES DU MAGAL 2019…

Published

on

da7019c3-29b8-4024-bfa1-3a24ab156b82 (1)

 

7aca80d1-45fb-46c6-8384-830ca1e6c5df37ca5e35-a2b9-4764-9346-8bd0d33bc1e6

 

d1fcd5eb-d89a-4f17-8c0b-2d73eb4ef5a5cbb8eca8-9bf8-4b69-9cf9-0418fb875a6e

Continue Reading

À La Une

Qui est Serigne Fallou Mbacké…«Borom na am mou ame»?

Published

on

Cheikh Mouhamadou Fadl Mbacké est sans doute le plus célèbre des héritiers de Cheikh Ahmadou Bamba, fondateur du mouridisme. Communément appelé Serigne Fallou Mbacké, ce deuxième khalif de Serigne Touba était crédité du don de voir se réaliser toutes les prières qu’il formulait.

De son vivant à nos jours, nombreuses sont les personnes qui demeurent avec la conviction qu’il suffit de faire appel sept fois à Serigne Fallou pour obtenir la réalisation de ses désirs. Snap 221 .com revient sur l’itinéraire de cet érudit de l’Islam.

A Touba pour les besoins du Grand Magal, la grande attraction est toujours le mausolée de Serigne Fallou Mbacké, le deuxième Khalife général des mourides. Cet endroit ne désemplit jamais de monde. Que cela soit en période de Magal ou non. Dans le mausolée de cet érudit et partout ailleurs, nombreuses sont les personnes qui viennent avec la conviction qu’il suffit de faire appel à Serigne Fallou sept fois pour obtenir la réalisation de ses désirs.

Né le 27 juin 1888 à Darou Salam soit au 27éme jour du mois de Rajab, Cheikh Mouhamadou Fadl Mbacké était crédité du don de voir se réaliser toutes les prières qu’il formulait. D’où l’appellation de «Borom na ame mou ame», par son père, Cheikh Ahmadou Bamba Mbacké, fondateur du mouridisme.

A l’image de son frère Serigne Mouhamadou Moustapha Mbacké, Sokhna Awa Bousso, la mère de Serigne Fallou est issue d’une famille maraboutique, qui a donné plusieurs imams à Touba. L’anniversaire de la naissance de Serigne Fallou, le «Kazu Rajab», est un événement bien connu de la confrérie, car assisté par des centaines de milliers de disciples.

Serigne Fallou entama ses études coraniques chez Serigne Ndame Abdou Rahmane Lo à Darou Halimoul Kabîr. Ses oncles Mame Mor Diarra et Mame Thierno Birahim ont également beaucoup contribué à ses études. Sous le Ndigueul de son père et guide, Serigne Fallou a fondé plusieurs villages dont : celui de Ndindy (1913), Bogorel (1914), Mbepp (1930), Merina bobo (1932), Khayane (1938), Touba Merina (1948), Nayroul Marame (1952), Aliyeu (1950), Touba Sourang (1961) et Touba Bogo (1962). Le développement de la ville sainte de Touba s’est aussi effectué sous son magistère, notamment par la création de forages et du célèbre marché «Occasse» de Touba.

En 1945, Serigne Fallou, devenu second khalife, se plongea corps et âme dans la poursuite des travaux de la Grande Mosquée. Il eut l’honneur,  de procéder à son inauguration, le 7 Juin 1963 et d’y diriger la première prière. Son khalifat est encore évoqué de nos jours comme une période particulièrement faste pour notre pays. Les Sénégalais, toutes confréries confondues, le considèrent comme un vrai ascète, un homme qui a reçu du créateur le pouvoir de faire des miracles.

L’on rapporte aussi que Serigne Fallou Mbacké, tel un vrai talibé, était dévoué à son père.  Pour preuve en 1927, date de la disparition  de Serigne Touba, il fit 28 copies reliées du Saint Coran dont il fit don à Cheikh Ahmadou Bamba. Il lui offrit également sa maison, sise alors à l’avenue de la gare à Diourbel. Une belle maison qui était couverte de tuiles rouges avec, à chaque angle, le signe de l’étoile et du croissant lunaire. C’est après la disparition de son père que Serigne Fallou Mbacké a également effectué son premier pèlerinage à la Mecque.

C’est dans la nuit du 06 août 1968 que El Hadj Mouhamadou Fallou Mbacké s’éteignit à Touba plongeant le monde mouride dans une tristesse jamais égalée. De cette date à nos jours, sa notoriété reste intacte aux yeux des talibés mourides et des disciples des autres confréries.

 

Continue Reading

À La Une

(05 Photos) YÉKINI reconvertit en ÉLEVEUR ?

Published

on

 

Continue Reading
Advertisement
%d blogueurs aiment cette page :