" >
Récit de l’h0rreur, un enfant de16 Ans, Tu& Sous Les Yeux De Ses Amis Qui Filment La Scène – Snap221.com
Connect with us

À La Une

Récit de l’h0rreur, un enfant de16 Ans, Tu& Sous Les Yeux De Ses Amis Qui Filment La Scène

Published

on

Un adolescent de 16 ans mort lundi à New York après avoir été poignardé au cours d’une bagarre. La police a fait savoir que ses amis et les témoins ont préféré filmer la scène plutôt qu’appeler les secours et l’aide.

« Ils ont filmé sa mort plutôt que de l’aider ». Ces mots ont été prononcés par le lieutenant Stephen Fitzpatrick devant les médias américains mardi. La veille, un adolescent de 16 ans, Khaseen Morris, a été poignardé à mort lors d’une bagarre survenue devant un centre commercial de New York. Le policier a expliqué qu’au moment des faits, plus de 50 adolescents ou témoins étaient présents mais aucun n’est venu en aide au jeune homme. « Ce n’est pas possible, a-t-il continué. Votre ami est en train de mourir pendant que vous êtes là, debout, et que vous filmez ça. C’est odieux ».

Selon l’agent cité par le site internet du magazine « People », Khaseen Morris avait été ciblé spécifiquement par au moins sept adolescents, après qu’il a raccompagné la petite amie d’un autre garçon chez elle. Au cours de la bagarre, le lycéen a été poignardé au niveau de la poitrine. Devant les journalistes, Stephen Fitzpatrick a demandé aux témoins présents de se rendre afin de visionner leurs vidéos. Pour le moment, les enquêteurs examinent les passages qu’ils ont déjà pu récupérer afin d’identifier les suspects. « Si vous n’êtes pas impliqué dans le meurtre de Khaseen Morris, le moment est venu d’entrer en contact avec nous et de nous laisser savoir qui a fait cela et pourquoi », a-t-il lancé, rapporte CBS.

La détresse de sa soeur

La sœur de la victime, Keyanna Morris, a affirmé que « tout le monde aimait (son) frère. Il était incroyable ». « Cette fille voulait qu’il la raccompagne chez elle et il était d’accord. Cette fille a joué à un jeu et a essayé de rendre son ancien petit-ami jaloux en lui disant qu’un autre allait l’accompagner chez elle », a-t-elle encore déploré.

« Nous sommes navrés par cette tragédie insensée », a déclaré la directrice de l’école à Oceanside, Phyllis S. Harrington. « Des tragédies comme celle-ci doivent constamment nous rappeler d’être des gens biens et attentionnés », a-t-elle commenté. La bagarre a fait une autre victime, un garçon blessé à la tête et au bras.

Continue Reading
Advertisement
Click to comment

Laisser un commentaire

À La Une

VIDEO GRANDE MOSQUÉE DE TOUBA : TEMPS FORT ET IMAGES SPECTACULAIRES DU MAGAL 2019…

Published

on

da7019c3-29b8-4024-bfa1-3a24ab156b82 (1)

 

7aca80d1-45fb-46c6-8384-830ca1e6c5df37ca5e35-a2b9-4764-9346-8bd0d33bc1e6

 

d1fcd5eb-d89a-4f17-8c0b-2d73eb4ef5a5cbb8eca8-9bf8-4b69-9cf9-0418fb875a6e

Continue Reading

À La Une

Qui est Serigne Fallou Mbacké…«Borom na am mou ame»?

Published

on

Cheikh Mouhamadou Fadl Mbacké est sans doute le plus célèbre des héritiers de Cheikh Ahmadou Bamba, fondateur du mouridisme. Communément appelé Serigne Fallou Mbacké, ce deuxième khalif de Serigne Touba était crédité du don de voir se réaliser toutes les prières qu’il formulait.

De son vivant à nos jours, nombreuses sont les personnes qui demeurent avec la conviction qu’il suffit de faire appel sept fois à Serigne Fallou pour obtenir la réalisation de ses désirs. Snap 221 .com revient sur l’itinéraire de cet érudit de l’Islam.

A Touba pour les besoins du Grand Magal, la grande attraction est toujours le mausolée de Serigne Fallou Mbacké, le deuxième Khalife général des mourides. Cet endroit ne désemplit jamais de monde. Que cela soit en période de Magal ou non. Dans le mausolée de cet érudit et partout ailleurs, nombreuses sont les personnes qui viennent avec la conviction qu’il suffit de faire appel à Serigne Fallou sept fois pour obtenir la réalisation de ses désirs.

Né le 27 juin 1888 à Darou Salam soit au 27éme jour du mois de Rajab, Cheikh Mouhamadou Fadl Mbacké était crédité du don de voir se réaliser toutes les prières qu’il formulait. D’où l’appellation de «Borom na ame mou ame», par son père, Cheikh Ahmadou Bamba Mbacké, fondateur du mouridisme.

A l’image de son frère Serigne Mouhamadou Moustapha Mbacké, Sokhna Awa Bousso, la mère de Serigne Fallou est issue d’une famille maraboutique, qui a donné plusieurs imams à Touba. L’anniversaire de la naissance de Serigne Fallou, le «Kazu Rajab», est un événement bien connu de la confrérie, car assisté par des centaines de milliers de disciples.

Serigne Fallou entama ses études coraniques chez Serigne Ndame Abdou Rahmane Lo à Darou Halimoul Kabîr. Ses oncles Mame Mor Diarra et Mame Thierno Birahim ont également beaucoup contribué à ses études. Sous le Ndigueul de son père et guide, Serigne Fallou a fondé plusieurs villages dont : celui de Ndindy (1913), Bogorel (1914), Mbepp (1930), Merina bobo (1932), Khayane (1938), Touba Merina (1948), Nayroul Marame (1952), Aliyeu (1950), Touba Sourang (1961) et Touba Bogo (1962). Le développement de la ville sainte de Touba s’est aussi effectué sous son magistère, notamment par la création de forages et du célèbre marché «Occasse» de Touba.

En 1945, Serigne Fallou, devenu second khalife, se plongea corps et âme dans la poursuite des travaux de la Grande Mosquée. Il eut l’honneur,  de procéder à son inauguration, le 7 Juin 1963 et d’y diriger la première prière. Son khalifat est encore évoqué de nos jours comme une période particulièrement faste pour notre pays. Les Sénégalais, toutes confréries confondues, le considèrent comme un vrai ascète, un homme qui a reçu du créateur le pouvoir de faire des miracles.

L’on rapporte aussi que Serigne Fallou Mbacké, tel un vrai talibé, était dévoué à son père.  Pour preuve en 1927, date de la disparition  de Serigne Touba, il fit 28 copies reliées du Saint Coran dont il fit don à Cheikh Ahmadou Bamba. Il lui offrit également sa maison, sise alors à l’avenue de la gare à Diourbel. Une belle maison qui était couverte de tuiles rouges avec, à chaque angle, le signe de l’étoile et du croissant lunaire. C’est après la disparition de son père que Serigne Fallou Mbacké a également effectué son premier pèlerinage à la Mecque.

C’est dans la nuit du 06 août 1968 que El Hadj Mouhamadou Fallou Mbacké s’éteignit à Touba plongeant le monde mouride dans une tristesse jamais égalée. De cette date à nos jours, sa notoriété reste intacte aux yeux des talibés mourides et des disciples des autres confréries.

 

Continue Reading

À La Une

(05 Photos) YÉKINI reconvertit en ÉLEVEUR ?

Published

on

 

Continue Reading
Advertisement
%d blogueurs aiment cette page :